L'énergie de la machine à voyager dans le temps : en marche vers une dangereuse modernité

DOI: 10.17457/RIL/11_2017.STO

Elisabeth Stojanov (Université Clermont-Auvergne)

L'énergie de la machine à voyager dans le temps : en marche vers une dangereuse modernité

Apparues avec l’ère industrielle, les machines à voyager dans le temps – imaginées pour la première fois par l’Espagnol Enrique Gaspar (El Anacronópete, 1887) et popularisées ensuite par Herbert George Wells (The Time Machine, 1895) – ont entraîné l’apparition d’une science-fiction volontiers « technologique ». C’est cette technologie que nous nous proposons d’étudier dans cet article. Quelles sciences et surtout quelles énergies sont mises en oeuvre pour la machine ? Est-elle un objet technique aussi moderne qu’elle en a l’air, ou bien, ne peut-on déceler les traces d’une merveille qui frôle le magique ? Pour répondre à ces questions, nous reviendrons tout d’abord sur les transpositions scientifiques mises en exergue dans notre corpus d’étude (qui s’étend de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Deuxième Guerre Mondiale). Puis, nous analyserons les énergies employées qui font fonctionner les machines. Enfin, nous montrerons que malgré la présence des sciences et des énergies modernes la machine bascule dans le domaine du merveilleux avec la présence de l’alchimie.
Mots-clés : machine à voyager dans le temps, énergie, modernité, dangerosité, progrès technique.

The time machines first appeared during the Industrial Era. They were introduced in fiction by the Spanish Enrique Gaspar (El Anacronópete, 1887) and later popularized by Herbert George Wells (The Time Machine, 1895). They have inspired the birth of "technological" science-fiction. It is this technology that we propose to focus on in this paper. What sciences and especially what energies are used to develop these new technologies? Are these new technologies as modern as they look or can we detect within their structure and functionning traces of a marvelous that borders on magic? To answer these questions, we will first focus on
the scientific transpositions highlighted in the corpus under study (which extends from the end of the 19th century to the end of World War II). Then we will analyze the different types of energy used to make these new machines work. Finally, we will show that despite the presence of modern science and newly discovered sources of energy, these new machines enter the realm of the marvelous thanks to the use of alchemy.
Keywords : time machine, energy, modernity, dangerousness, technical progress.