Quando un frammento di storia diventa poesia: d’Aubigné, Sancerre e il gioco delle fonti

DOI : 10.17457/RIL10_2016.CON1

Bruna Conconi (Università di Bologna)

Quando un frammento di storia diventa poesia: d’Aubigné, Sancerre e il gioco delle fonti

Écrire un poème épique dans la France du XVIe siècle peut signifier ceci : pas de grandes batailles, mais des épisodes secondaires, peu significatifs du point de vue de l'Histoire, dont le soldat Agrippa d'Aubigné a parfois été témoin, la plupart du temps comme simple lecteur ; une guerre « sans ennemi » qui, dans les Tragiques (V, 841) ne signifie pas seulement une guerre civile, comme dans la Pharsale de Lucain (I, 682), mais aussi une guerre sans adversaire armé, sans adversaire capable de résistance. Plus de quarante ans après la publication d'un article qui continue d'être un point de référence parmi les spécialistes – Géralde Nakam, « Une source des Tragiques : l'Histoire memorable de la ville de Sancerre de Jean de Léry » – revenir sur la lecture albinéenne de cet épisode mineur des guerres de religion est l'occasion d'examiner de près les stratégies de réemploi des sources mises en œuvre par l'auteur des Tragiques en dépit de ses déclarations d'intention, afin d'illustrer le mécanisme par lequel il parvient à la fois à prouver qu’il est un témoin crédible de son temps et à « susciter l’imagination de l’inimaginable » expérience de la guerre civile.
Mots-clés : Agrippa d’Aubigné, Tragiques, guerre « sans ennemi », sources, guerres de religion

Writing an epic poem in sixteenth-century France may mean: no major battles, but more likely minor episodes that are less significant in terms of History, such as those witnessed by the soldier Agrippa d’Aubigné, often as a simple reader. It may mean a “war without an enemy”, like in the Tragiques (V, 841), a war that is not just a civil war, as it was originally in Lucan’s Pharsalia (I, 682), but also a war without an armed opponent, without an opponent capable of resistance. More than forty years after the publication of a paper that continues to be a solid reference among specialists – Géralde Nakam, “Une source des Tragiques : l’Histoire memorable de la ville de Sancerre de Jean de Léry” – going back to Agrippa d’Aubigné’s reading of this minor episode in the history of the religious wars is an opportunity to look closely to the way the author of the Tragiques re-uses his sources, despite his declaration of intent. It can also help us to illustrate the mechanism through which he succeeds in both proving to be a credible witness of his time and stimulating “the imagination of the unimaginable” experience of the civil war.
Keywords : Agrippa d’Aubigné, Tragiques, “war without an enemy”, sources, religious wars